Déglacer de façon plus responsable

Les sels de déglaçage conventionnels, couramment utilisés, ont un impact très négatif sur l’environnement. En s’accumulant rapidement et massivement dans la neige, ils augmentent la salinité des eaux de surface et des nappes phréatiques. De plus, bon nombre d’entre eux, incluant le sable antidérapant, contiennent des substances toxiques anti-agglomérantes (ex. : poussière de silice). Pour ces raisons, ces produits s’avèrent très dommageables pour les plantes, les animaux et les jeunes enfants.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une solution optimale, les antidérapants (sable ou gravier) demeurent préférables aux sels en matière d’impact écologique. Pour éviter l’utilisation de ces produits, misez sur la prévention! Déneiger le plus tôt possible après la tombée de la neige demeure le moyen le plus efficace pour empêcher la formation de glace.

Cela dit, il devient de plus en plus facile de trouver des options écologiques aux produits conventionnels dans les rayons des grands magasins, qui agissent autant comme abrasif que comme fondant, dans une large fourchette de température.

    • Utilisez du marc de café ou des graines pour oiseaux comme adhérant pour les surfaces peu glissantes.
    • Le jus de betteraves à sucre était autrefois utilisé comme déglaçant dans les régions québécoises. S’il ne fait pas trop froid, il a comme effet d’abaisser le point de congélation de l’eau. Sur les grandes surfaces, il est utilisé en combinaison avec un sel de déglaçage.

Comments are closed.